Caresses câlins et gratouilles….

Caresses câlins et gratouilles….

 
Toucher un cheval c’est tentant hein ?
 
Sauf qu’entre eux, les chevaux se touchent très peu. Mais vraiment très très très peu.
 
👉 Globalement, un cheval adulte vivant en totale liberté consacre :
* Près de 60% de son temps à s’alimenter ;
* 20 à 30% à se reposer ;
* 4 à 8% à surveiller l’environnement ;
* 4 à 8% à se déplacer ;
* Le reste aux autres activités.
 
(Source: Le budget temps, étude par Grison, Vidament, Doligez de 2014)
 
Le temps restant est consacré aux autres activités comme les interactions avec les autres chevaux (toilettage mutuel), boire, éliminer (uriner, déféquer), se gratter, se rouler…
BREF : Ils ne se touchent quasiment jamais. Un peu de grooming si ils ont vraiment de l’affinité avec un de leur congénère, quelques contacts nasaux, la queue sur la tête dans la position tête bêche pour se chasser les mouches, le sabot si un coup de pied atteint son but et c’est tout.

ET NOUS DANS TOUT ÇA ❓

Nous les humains, c’est différent. Le contact est dans notre éthogramme. Le fait que nous soyons une espèce qui porte ses petits n’y est surement pas pour rien👶
Donc, nous avons tendance à penser que les autres espèces sont comme nous. C’est notre réaction première ou presque de vouloir toucher, caresser un animal.
ET LÀ, ON A UN PROBLÈME ‼️
 
Pour nous, la marque d’affection, de reconnaissance, de récompense, de réconfort suprême va être tactile.
Pour le cheval, pas du tout.
Alors certes, beaucoup de nos chevaux domestiques apprennent que nos doigts sont fort utiles pour gratter ou masser et demandent même parfois ce service.
ET combien de fois venons nous les toucher quand ils n’ont rien demandé ? Nous sommes franchement intrusifs quand on y regarde de plus prés 🤔
Et que dire ensuite au cheval qui bouscule, mordille, donne des coups de tête… n’est pas moins intrusif que nous envers lui finalement.

ALORS ❓

Alors observons les chevaux. Que préfèrent ils faire ? Juste ÊTRE ensemble et pas forcément FAIRE des choses ensemble.
C’est une énorme différence de point de vue entre nos deux espèces. Nous allons voir nos amis pour FAIRE des choses ensemble (la fête, du shopping, une balade…). Les chevaux eux vivent chacun leur petite vie ensemble, l’important est juste ÊTRE là, à portée de vue les uns des autres.
Et vous savez quoi ? Savoir entrer dans cette dimension là de leur communication c’est une vraie mission.
Ça demande de lâcher l’envie, l’attente, l’espoir d’un quelconque résultat.
Ça demande un sacré lien avec soi même. (Sacré, vraiment).
Ça demande de virer la culpabilité, l’illégitimité, la fausse humilité, la timidité, et plein d’autres trucs en “é”.
 
Ça demande d’aller visiter ses peurs et de comprendre que la peur n’est qu’un phénomène…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.