notre centre de gravité et celui du cheval doivent être allignés

Le blog des Chevaux d'Arcand

Retrouvez ici idées, partages, actualités, humeurs... C'est le blog des Chevaux d'Arcand !


Le cheval, c’est simple ?

« Tant que nous ne relions pas les connaissances selon les principes de la connaissance complexe, nous restons incapables de connaître le tissu commun des choses et des actes : nous ne voyons que les fils séparés d’une tapisserie. »

Edgard MORIN

La complexité… voilà qui terrorise notre société ! De plus en plus notre civilisation recherche du simple, du rapide, de l’efficace. Pas de complication surtout ! Toute notion doit être explicable en trois mots maximum, faciles à projeter sur un Power point et à marketer dans une « méthode ».

La complexité est devenue l’ennemi numéro un, elle dérange car elle est longue à démêler, elle inquiète car elle demande une vision holistique du monde et les connaissances qui sont nécessaires à cette vision, elle agace car elle oblige à la réflexion, voire à la remise en question…

La simplification semble plus fréquentable, cela rassure sécurise, donne au monde des bornes visibles et confortables. Comme une vieille paire de baskets, on se sent bien dans la simplification et elle sert en toutes circonstances. Elle donne à toute situation un éclairage facile… mais unique…

Simplifier, problème ou solution ?

notre centre de gravité et celui du cheval doivent être allignés

Notre centre de gravité et celui du cheval doivent être alignés

Le monde du cheval n’échappe pas à cette épidémie mais que risquons nous à céder à la facilité ?

Dans un premier temps, rien. On ne s’en rend même pas compte. La « méthode » quelle qu’elle soit fonctionne. On arrive à faire rentrer tous les comportements du cheval dans les cases, tout s’explique, la « méthode » suffit à tout.

Puis un jour… un cheval, une situation vient nous interroger. On tombe sur un « os », ça ne fonctionne pas. Alors les errances commencent.

Ca ne fonctionne pas ? C’est qu’il faut répéter jusqu’à ce que ça rentre pardi, et le cheval subit des dizaines, centaines, milliers de fois le même exercice, jusqu’à ce que soit il se fâche, soit il se robotise : enfin, il a compris entend-on alors.

Ca ne fonctionne pas ? C’est qu’il faut monter dans les phases tiens, et le cheval rentre dans la lutte pour sauver sa vie et sa liberté jusqu’à ce que transpirant, tremblant et installé dans l’état de résignation acquise, il obtempère : il est dominant entend-on alors.

l'importance de la tranquillité

L’importance de la tranquillité

Ca ne fonctionne pas ? Et rien ne fonctionne ? Alors on emmène le cheval dans ses derniers retranchements… Join-up interminables, séances de travail de 2 heures et plus, enrênements, cravache, ou tout simplement exercice et travail complètement inadapté à la situation… chacun son choix. Et quand ça devient dangereux qu’entend-on : c’est un rétif, il est comme ça. Et la simplification amène à la cristallisation de la situation.

Non, ça ne fonctionne pas…

Mais bien enserrés dans la méthode, les humains ne le voient pas. Seul celui qui regarde au fond des yeux du cheval le verra. Car derrière tant de cavaliers ravis de se produire en concours, en spectacle ou d’aller en randonnée se cachent tant de souffrances du peuple cheval. Mais insidieusement, l’air de rien, la facilité a effacé la conscience.

La simplification continue son ouvrage. Car en fragmentant le tout, elle éloigne les hommes les uns des autres. Elle crée les guerres de chapelle : et les courants apparaissent. Equitation classique, éthologique, naturelle, d’intérieur, d’extérieur, au sol, à cheval, de plat, d’obstacle, énergétique, de travail… Chaque chapelle a ses simplicités propres, ses raccourcis de compréhension du cheval, ses méthodes approuvées et ses maîtres admirés.

Et finalement la facilité arrive à son chef d’œuvre le plus dangereux : faire perdre le sens de la vie…

La vie : un tout

Et pourtant être simple (à la différence de FAIRE simple) est une solution. La simplicité, qualité humaine qui permet de rester authentique et ouvert permet justement d’appréhender le tout.

Car la vie, Le vivant… Quoi de plus simple et quoi de plus complexe ?

le cavalier doit se rassembler

le cavalier doit se rassembler

Simple car être en vie est une évidence, personne n’a besoin de penser à vivre, nous sommes en vie. Point.

Complexe car être en vie est physique, biologique, philosophique, énergétique… toutes les sciences qu’elles soient formelles, naturelles, humaines et sociales voire même occultes étudient chacune une petite partie de la vie, elle la dissèquent chacune à travers leur prisme.

Mais la vie est la somme de toutes les connaissances de toutes ces sciences plus toutes les connaissances que l’humanité n’a pas encore, somme à laquelle il faut encore ajouter le poids du mystère…

Conscience

Comme « par hasard », ce soir avant de reprendre l’écriture, j’ouvre « Le courage » de Osho et lis ceci :

« Ma propre compréhension est la suivante : quand les règles sont données, elles mettent les gens en difficulté car, au moment ou elles sont données, elles sont déjà caduques. La vie va si vite. Elle est un dynamisme. Elle n’est pas statique. Ce n’est pas un étang stagnant mais un fleuve qui ne cesse de couler. Elle n’est jamais la même deux moments consécutifs. C’est pourquoi une chose peut être juste en ce moment et ne plus l’être le moment suivant.

Alors que faire ?

La seule chose possible, c’est de rendre les gens si conscients qu’ils deviennent capables de décider eux mêmes de la façon de répondre à une vie changeante. »

C’est aussi depuis le début le pari d’Arcand. Rendre les personnes si conscientes de leur corps, de leurs émotions et de leurs perceptions qu’elles deviennent capables de décider elles même et avec justesse de la façon de répondre à chaque cheval à chaque instant.

Hors méthode mais en se servant de toutes, en s’appuyant sur toutes les sciences mais sans en privilégier un courant, en piochant dans toutes les équitations mais sans s’y enfermer. Et surtout avec la conscience de la puissance des forces de vie.

Et quotidiennement, cette conscience impose l’humilité.

 

Une réflexion coécrite par Claire Vandenbulcke et François Dry

1 commentaire

  •    Répondre

    Wow
    Le langage du coeur relie les âmes dans la compréhension
    Merci de votre présentation
    “Le hasard” m’aura sans doute conduite jusqu’à votre page pour une excellente raison … Celle de l’exploration de l’apprentissage dans le respect et l’humilité. ..

Laisser un commentaire

Chergement